La Belgique appelle les dirigeants congolais à prendre au sérieux la crise humanitaire en RDC

La Belgique appelle les dirigeants congolais à prendre au sérieux la crise humanitaire en RDC

A Genève, la Belgique a annoncé qu’elle va mobiliser 25 millions d’euros pour l’aide humanitaire à la RDC. Le vice-Premier ministre et ministre belge de la Coopération au Développement, Alexander De Croo en a profité pour en appeler à plus de responsabilité de la part de dirigeants congolais.

Alexander De Croo a appelé les dirigeants congolais à ne pas négliger la crise humanitaire qui sévit dans le pays.

« L’absence de la RDC à cette conférence est à la fois regrettable et incompréhensible. Pour mettre fin à la souffrance humaine, il faut que les leaders congolais prennent cette crise humanitaire au sérieux. Voilà pourquoi nous exhortons le gouvernement congolais à revoir sa position face à la crise humanitaire pour que nous puissions la résoudre ensemble. Pour mettre fin à cette crise humanitaire, il faut éteindre le conflit et traiter les problèmes structurels, tels que la pauvreté et le sous-développement », a-t-il dit le 13 avril dernier à première conférence internationale des donateurs sur la RDC.

Il a également insisté sur le respect du calendrier électoral.

« Pour permettre la paix, la sécurité et le développement, il faut qu’il y ait des institutions fonctionnelles et transparentes, et que soient organisées des élections crédibles et inclusives. La Belgique est prête à investir dans le développement social et économique de la RDC, à soutenir l’organisation d’élections crédibles – à la fois sur le plan politique et financier – et à poursuivre son dialogue avec le gouvernement congolais », a-t-il ajouté.

Alexander De Croo a également appelé la communauté internationale à plus de solidarité concernant la crise congolaise.

« Le respect des principes humanitaires n’est que le minimum requis. D’urgence, nous avons besoin de moyens humanitaires. L’an dernier, 58% seulement du Plan de Réponse humanitaire a été réalisé, soit l’avant-dernier taux de réalisation le plus faible en dix ans. C’est un problème pour la communauté internationale et cela entache notre responsabilité collective. Et pour 2018, face au doublement des besoins de financements, les perspectives sont encore plus sombres », a-t-il déclaré.

Cette conférence a permis de mobiliser 528 millions de dollars américains.

Publicités