Publicités

Moïse Katumbi: « si quelqu’un traverse de l’autre côté,  il faut l’appeler Judas »

Moïse Katumbi: « si quelqu’un traverse de l’autre côté,  il faut l’appeler Judas »

L’opposant congolais Moïse Katumbi écarte toute hypothèse d’entrer dans un nouveau gouvernement, répondant par la même occasion aux rumeurs qui envoient son allié Félix Tshisekedi à la Primature.

Moïse Katumbi: « si quelqu’un traverse de l’autre côté,  il faut l’appeler Judas »

Democratic Republic of Congo’s opposition presidential candidate Moise Katumbi is escorted by his supporters as he leaves the prosecutor’s office in Lubumbashi, the capital of Katanga province of the Democratic Republic of Congo, May 11, 2016. REUTERS/Kenny Katombe

 

Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, l’opposant congolais en exil depuis deux ans s’est exprimé sur des rumeurs d’un nouveau gouvernement de coalition dirigé par l’opposant Félix Tshisekedi dans le cadre de l’accord signé le 31 décembre 2016 à Kinshasa. « Nous ne cherchons pas des postes, nous cherchons à sauver ce pays. Si quelqu’un traverse de l’autre côté, cela va donner encore un soufle au président Kabila, il faut l’appeler Judas« , déclare-t-il

« Si c’est moi, n’hésitez pas de m’appeler Judas. Il n’y a personne qui peut aller de l’autre côté. Ou bien on aime son peuple, ou on ne l’aime pas. Les autres traitres sont déjà partis, cette fois-ci nous sommes avec des gens sérieux« , fait savoir le président de la plateforme ensemble, appelant la population à ne plus continuer à pardonner.

Félix Tshisekedi est sorti de sa réserve mardi pour mettre fin aux « rumeurs » l’envoyant à la Primature. Pour le leader de l’UDPS, il s’agit d’une « campagne diffamatoire des forces centrifuges du pouvoir et des complexés politiques » contre lui.

« La population congolaise ne doit plus continuer à pardonner des choses comme ça. Tous ceux qui sont au pouvoir ont oublié que c’est un contrat avec la population congoaise. Monsieur Kabila a oublié ce contrat-là avec la population« , appelle Moïse Katumbi.

Comme lui, le fils d’Etienne Tshisekedi affirme que « que l’UDPS et son président ne sont ni demandeurs ni preneurs d’une quelconque offre politique de ce genre »

 

Publicités

%d blogueurs aiment cette page :