RDC : Le nouveau gouverneur du Maniema invalidé

RDC : Le nouveau gouverneur du Maniema invalidé

  • 21 avril 2018
  • Hubert Leclercq

RDC : Le nouveau gouverneur du Maniema invalidé

Il n’y a pas à dire, certains ministres ou homme politiques congolais représentant la majorité présidentielle ont le nez fin en matière de justice… à moins que ce soit l’oreille d’une certaine justice qui soit trop attentive à leurs déclarations.

Comment expliquer autrement le don de devin du ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat Joseph Kokonyangi qui avait prédit que l’élection du nouveau gouverneur du Maniema serait invalidée ?

Pourtant, dans un premier temps, les oracles ne semblaient guère attentives à ses affirmations. En effet, la cour d’appel de Kindu, la capitale du Maniema, n’avait pas jugé recevable le recours introduit par la majorité présidentielle contre cette élection. Motif, la majorité présidentielle n’a pas de personnalité juridique et ne peut donc, à ce titre, introduire de recours !

L’élection du nouveau gouverneur, Prosper Tunda Kasongo, le 28 mars dernier, était donc validée par la cour d’appel vendredi dernier. C’était sans compter sur le zèle du premier président de la cour suprême qui a pris une circulaire pour dire que les requêtes introduites par un mouvement politique, même s’il n’a pas de personnalité juridique devaient être recevables.

Du coup, la cour suprême de justice s’est rangée ce vendredi, le doigt sur la couture, aux arguments du secrétaire général de la majorité présidentielle et a invalidé le scrutin et cet arrêt est « irrévocable ». « On a perdu mais on comprend que la politique l’a emporté sur le droit”, a expliqué Charles Kusesuka, l’avocat de Prosper Tunda Kasongo.

Du coup, c’est le vice-gouverneur de l’ancienne équipe (Tutu Salumu, l’ex-gouverneur avait été déchu en décembre 2017) favorable à la majorité présidentielle qui fait office de gouverneur.

« La Ceni pas pressée d’organiser une nouvelle élection »

« Il y a fort à parier que cette situation provisoire va s’éterniser », regrette un élu du parlement provincial du Maniema. « En effet, si l’élection est invalidée, jusqu’ici, la majorité présidentielle n’a pas encore trouvé le moyen de revoir la composition du parlement provincial. Le corps électoral reste donc le même et il n’y a pas de majorité en faveur du candidat de la majorité présidentielle. La Ceni ne devrait donc pas organiser un nouveau scrutin qui aboutirait à une autre défaite pour le clan présidentiel. C’est d’autant plus étonnant qu’en début de semaine, le nouveau gouverneur avait été reçu au domicile du ministre de la Justice Alexis Thambwe (voir notre photo de cette rencontre) qui était en compagnie, notamment, du général Tango Four. Le but de cette rencontre était d’essayer de réconcilier M. Tunda avec le pouvoir en place. La décision de la cour suprême de justice a donc pris de court une partie des notables du Maniema qui comptaient retourner en leur faveur le nouveau gouverneur. La majorité présidentielle a commis une grosse bêtise en faisant changer les règles légales pour obtenir cette invalidation. La population de la province est remontée contre cette décision. Il s’agit d’une nouvelle fracture, une de plus, entre la majorité et la population ».

Publicités