Elections: La CENI Va-T-Elle Enrôler Les Congolais De L’étranger?

Elections: La CENI Va-T-Elle Enrôler Les Congolais De L’étranger?

Diaspora congolaise

« La CENI exécute les lois et ne légifère pas les lois. La loi dit que les Congolais de la diaspora doivent voter. En conséquence, nous nous préparons pour le faire. Nous avons préparé les kits d’enrôlement et pour nous déployer. Mais il y a certaines contraintes auxquelles il faut faire que nous avons présentées ».

Déclaration du président de la CENI au sortir de ses échanges avec le président de l’Assemblée Nationale. Ce qui laisse entendre une probable annulation de l’enrôlement des congolais de la diaspora. Enrôlement Initialement prévu selon le calendrier électoral, du 1 juillet au 28 septembre.

Une restriction de vote de la diaspora qui certainement entraînera une probable révision de l’actuelle loi électorale.

Une excuse favorable à la MP

Le grand gagnant de cette manœuvre, dite technique, reste la famille politique du Chef de l’Etat. Plus de 16 millions de voix hostiles, pour la plupart, à Joseph Kabila et à sa Majorité.

L’opinion est témoin des hostilités constamment lancées à l’encontre du pouvoir de Kinshasa par la diaspora. La plus grande évidence, c’est l’opposition d’une frange des congolais de l’Europe contre toute production en scène des musiciens congolais.

Ces congolais vivant hors des frontières nationales accusent l’indifférence de ces artistes, leaders d’opinion, soient-ils, sur la situation que traverse le pays. Un silence, qui selon eux, accuse une complicité avec le régime qu’ils estiment ennemi de son peuple.

Les écarter du processus électoral semble une mesure électorale défensive en faveur de la majorité présidentielle. Comme l’affirme Jacques Djoli, ancien vice-président de la CENI.

« Calmez vous ! L ‘enrôlement de congolais de l’étranger est un bluff. Politiquement le pouvoir déteste la diaspora. Techniquement la CENI n’a jamais présenté et ne dispose d’aucun outil méthodologique depuis 2 ans pour enrôler la diaspora. »

Ce professeur de Droit, semble avoir tout dit. Tout ce que la CENI a proposé jusqu’ici pour un hypothétique enrôlement de la diaspora n’était qu’apparente? Donc les masques commencent à tomber ?

La CENI appelée à prendre ses responsabilités

« La CENI ne doit pas endosser son irresponsabilité sur le droit constitutionnel de ces compatriotes quoi que hors des frontières nationales. » Réagit un internaute sur la tweetosphère de ce cadre du MLC.

Dans la foulée, l’honorable Munubo de l’UNC a aussi réagi. Il voit en cette excuse un potentiel empietement au droit reconnu à ces congolais de l’étranger.

« La diaspora a le plein droit (constitutionnel) de participer à l’ enrôlement et à l’élection du 23 décembre 2018. Mais le déficit de préparation de la CENI pourrait finalement lui en priver l’exercice. »

Une enième contrariété de plus créée par et contre la CENI

Une polémique autour des intentions de la CENI qui viennent s’ajouter à celle créée par ses chiffres sur l’enregistrement des électeurs.

Quand la CENI enregistre des électeurs à l’Est ou au Katanga plus qu’aux deux Kasaï, ou à Kinshasa malgré toute sa densité de population. Ça grogne du coté de l’opposition.

Tout récemment, l’opposant Fayulu n’avait pas caché son indignation face au fichier de la CENI.

« Le faible taux de 37% attribué à la ville de Kinshasa, pourtant province à plus forte densité, ne se justifie pas. »

« La CENI est un arbitre, et pour ce , il devrait mettre d’accord toutes les parties engagées dans le processus » confiait Ngoyi Mulunda lors d’une émission politique de B-OneTv.

Alarme- toi dès que tu aperçois un sorcier avant que celui-ci ne te prenne ta voix, apprend-on dans la sagesse kinoise.

 

Moïse Dianyishayi