RD Congo : Sud Oil, la compagnie mystère qui reçoit 7,5 millions de dollars de la banque ­centrale

RD Congo : Sud Oil, la compagnie mystère qui reçoit 7,5 millions de dollars de la banque ­centrale

Par Jeune Afrique

Selon un document que s’est procuré JA, la banque centrale a versé 7,5 millions de dollars à une société détenue par des proches du président Kabila en mai 2016 : Sud Oil. Or l’historique de cette activité reste un mystère.

Officiellement, Sud Oil dispose d’un siège social à Kinshasa, situé au « 5484, avenue Tombalbaye » (devenue l’avenue Tabu-Ley). Mais sur place, dans cette commune chic de la capitale, nul signe de l’évanescente société pétrolière. Même au Journal officiel (JO), ses traces sont rares : aucun acte n’y a été publié depuis 2014.

La première fois que Sud Oil fait parler d’elle, c’est en 2010, peu de temps après sa création par Pascal Kinduelo. Cet homme d’affaires très proche de la famille Kabila est l’ancien patron de la Banque internationale de crédit (BIC, devenue FBNBank depuis), revendue en 2008 au businessman israélien Dan Gertler.

Historique trouble et virements

En 2010 donc, un rapport de l’ONG britannique Platform s’interroge sur un deal qui doit permettre à Sud Oil de mettre la main sur 2 % du bloc pétrolier numéro un, situé sur le lac Albert. L’ensemble des bénéfices du gisement est alors estimé à 1 milliard de dollars sur la période du contrat, et l’ONG s’étonne des conditions de cette opération.

« Il n’est pas requis de Sud Oil qu’elle investisse au capital, ce qui laisse soupçonner que sa part n’est qu’une ruse destinée à masquer le transfert de fonds publics vers le privé », écrit-elle. Finalement, l’opération ne se fera pas.

Les premiers mouvements sur le compte Sud Oil Immo ont lieu en 2014

À l’époque, Sud Oil détient aussi un pôle de distribution en RD Congo : sept pompes à essence et un petit stock de carburant, selon les souvenirs d’un membre de la famille Kinduelo. Mais, en décembre 2011, Pascal revend cette activité à Cobil, entreprise détenue par l’État congolais. Puis, en 2012, il se sépare de la société entière.

Celle-ci semble alors en sommeil jusqu’en 2014. Cette année-là, elle cofonde Kwanza Capital avec Pascal Kinduelo et en obtient 20 %. Elle élargit aussi ses activités statutaires à l’exploitation de biens immobiliers, et les premiers mouvements ont lieu sur son compte Sud Oil Immo. Des loyers y sont crédités, mais ils ne dépassent jamais quelques dizaines de milliers de dollars.

Tout change le 16 mai 2016. Sud Oil reçoit coup sur coup un virement de 6,8 millions de dollars, dont le libellé est incomplet (il mentionne simplement un donneur d’ordre nommé « perm.mission of rep c », ce qui pourrait correspondre à une ambassade), et ce fameux virement de 7,5 millions de dollars de la banque ­centrale.