De la hauteur !

De la hauteur !

Lapros 

De la hauteur !

This post has already been read 1119 times!

Le cap de mai puis de juin et juillet 2018 semble décisif par rapport aux prochaines joutes électorales. Qui pourrait en douter ? Tenez ! Pour les politiques, le mois en cours passe pour celui des dernières chances pour un consensus et des préparatifs avant de se lancer dans des décisions finales en juin et juillet quant à savoir s’il faille se mettre ou pas en ligne pour le sprint électoral. Donc, en clair, les politiciens s’apprêtent à jouer leurs dernières cartes.

A quel jeu joueront-ils ? La question peut être posée mais une évidence apparaît aux yeux de quiconque sait lire le ciel politique, qu’il soit congolais ou autre. Savoir que le fair-play ne sera pas d’actualité car, en politique, comme dit un vieux adage : ‘’on ne se fait pas des cadeaux ‘’. C’est d’ailleurs sous cet angle que les démêlés judiciaires de l’ex Gouverneur du Katanga sont vus par les siens. Après l’annonce du tout dernier dossier qui l’éclabousse, celui du soutien à un groupe rebelle à l’Est, la plateforme ‘’Ensemble pour le Changement’’ ne s’est donc pas fait prier pour réagir afin de tordre le coup à ces accusations. Alors que les Katumbistes crient sans cesse à des coups montés, les caciques du régime disent le contraire. Loin de faire une fixation sur ce point, il peut sans ambages être noté que ce type de ping-pong est constaté sur bien d’autres dossiers.

Quoi qu’il en soit, avec l’élan d’‘’insultes croisées ‘’ entre communicateurs de l’Opposition et de la MP dans les réseaux sociaux, la politisation des obsèques du lider maximo qui a fait qu’une année plus tard un tel baobab politique n’ait pas eu d’adieux dignes, de plus en plus, certains esprits se posent la question de savoir si les enjeux politiques ne conduisent-ils pas la classe politique congolaise vers une démoralisation. Loin de faire des débats sur les têtes des personnes, dans une période où l’eau du bassin du Congo et les diverses ressources de la RDC sont convoitées, ne faut-il pas que les politiques au Congo, l’élite intellectuel in globo, puissent cogiter sur le Congo-Kinshasa avec hauteur ?  Jusqu’à quand le pays sera ce géant au pied d’argile ?  Le fair-play en politique n’existe et n’existera pas, avertissent des politologues, des amis éternels n’y existent pas puisque tout tourne autour des intérêts. Mais, il sied de se demander s’il n’y a pas lieu d’être élégant à défaut de fair-play. C’est d’ailleurs ce à quoi se livrent les avocats dans les Cours et Tribunaux. Si l’élégance du droit est revendiquée par les hommes à la toge noir et que la politique est plutôt appréhendée comme une guerre sans effusion de sang, pour un pays à la taille du Congo et ses crises, il est plus certain qu’avec de l’extrémisme et le manque de tact, aucunement un consensus ne peut être trouvé pour que les politiques convolent en juste noce vers les prochaines élections. S’il est évident que par les temps qui courent les politiciens congolais s’apprêtent à jouer ou jouent déjà leurs dernières cartes, il faut soutenir que rien n’oblige de voler bas que terre. La grandeur du Congo n’appelle-t-elle pas à prendre de la hauteur ?

La Pros.