RDC: une coiffure afro fait polémique sur un campus

mis à jour le 

RDC: une coiffure afro fait polémique sur un campus

Une étudiante congolaise a lancé une polémique en se plaignant d’avoir été empêchée de rentrer sur un campus de Kinshasa en raison de sa coiffure naturelle style « Afro », un des symboles de l’identité des femmes noires.

Depuis quelques années, des femmes congolaises tendent à abandonner les cheveux artificiels (extension, défrisage ou perruques) au profit de leur chevelure naturelle, dont l’activiste afro-américaine Angela Davis avait fait un symbole du « black power » dans les années 70 aux Etats-Unis.

A Kinshasa en 2018, c’est le cas de Charlotte, 26 ans, étudiante en économie à la très selecte Université catholique du Congo (UCC): « A l’entrée du campus, les gardiens m’ont dit : on n’entre pas avec ce genre de coiffure ici », a-t-elle déclaré à l’AFP.

« J’ai cherché à comprendre le pourquoi de cette interdiction. Pour eux, mes cheveux étaient en désordre et on m’a demandé de +bien les peigner+. J’étais obligée de changer de coiffure. C’est pourquoi je me suis plainte sur ma page » Facebook, raconte-t-elle.

Son post avec ses cheveux touffus a été largement partagé sur le réseau social Twitter.

« Scandaleux ! (Il) faut faire quelque chose », écrit sur son compte Jean-Mobert Senga, du mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha).

L’UCC « ne s’oppose ni n’interdit les cheveux naturels africains » mais « exige que les cheveux soient peignés, c’est une exigence de propreté et de décence publique », a expliqué le professeur Jean Onaotsho, secrétaire général académique de cette institution, interrogé par l’AFP.

« Nous devons préserver les m½urs africaines dans cette société congolaise qui en a réellement besoin », a-t-il répondu à l’AFP.

Université de renom en RDC, l’UCC est réputée être une institution élitiste.

« Selon les règlements de l’Université, on n’a pas le droit de venir au cours sans se coiffer mais avec mes cheveux naturels, on a l’impression qu’ils ne sont pas bien peignés », selon Charlotte.