Elections: La MP Continue À Entretenir Le Flou Sur La Candidature De Joseph Kabila

Elections: La MP Continue À Entretenir Le Flou Sur La Candidature De Joseph Kabila

Au cours d’un point de presse tenu ce jeudi 24 mai, le Porte-parole de la MP est revenu sur les grands enjeux de l’heure. De l’accord de la Saint-Sylvestre aux élections, rien n’a été laissé au hasard.

Le porte parole de la MP a fait un tour  kaléidoscopique de la signature de l’accord de la Saint-Sylvestre et de sa mise en application.

Selon lui, l’accord est appliqué dans toute sa forme y compris sur des questions liées au dédoublement des partis et aux mesures de décrispation.

Or il s’avère que sur terrain, la réalité est tout autre. La liste des partis publié par le Journal officiel (J.O) a crée plus des remous que du bien. Sans tenir compte des recommandations du CNSA.

Ce dernier n’a reconnu que le seul UDPS aile Tshisekedi. Or, Alain Atundu a mentionné la prise en compte des recommandations du CNSA pour enrayer le problème de dédoublement, ce qui n’est pas vrai.

De la décrispation

S’agissant de la décrispation, la MP estime qu’elle est une obligation synallagmatique entre acteurs politiques. Mais à quelques mois des élections, les prisonniers emblématiques restent encore en prison et seuls les menus fretins ont été libéré.

Diomi Ndongala, Jean Claude Muyambo, Franck Diongo et récemment Gérard Mulumba croupissent encore en prison.

Ni les appels de la communauté internationale ni ceux de l’opposition encore moins les marches du CLC ont changé la posture du Gouvernement.

Le dossier Moïse Katumbi est resté pendant et, pire encore, il lui est adjoint plusieurs autres griefs. Volonté de le nuire ou de l’écarter de la présidentielle ?

Alain Atundu minimise et estime que ce n’est pas une attitude constructive que de faire croire que l’on est contraint à l’exil alors que l’on a rien à craindre. Une pique à l’endroit de Moïse Katumbi.

Il accuse en outre l’opposition de privilégier les ambitions personnelles au détriment des aspirations de la nation et de la démocratie. Ce qui a torpillé l’accord.

Selon lui, ce dernier ne fut sauvé que par la fermeté dans les principes et la souplesse de Joseph Kabila et sa propension à mettre en œuvre cet accord en vue des élections apaisées.

Or, il s’avère que le silence du président quant à sa succession et les manœuvres dilatoires observées ces derniers temps vont dans le sens contraire. L’on tend plus vers des élections chaotiques.

La MP semble se complaire à présenter Kabila comme le successeur de Kabila. Les calicots, les déclarations politiques de la MP et les nominations à la cour constitutionnelle vont dans ce sens. Celui de pérenniser le pouvoir en place.

Aucun prétexte ne peut retarder les élections

Voici en substance un autre point abordé par la MP. Dans sa déclaration, Alain Atundu a martelé qu’un prétexte ne peut retarder les élections. Ni la machine à voter, ni la loi sur la répartition des sièges.

Selon lui, le Gouvernement est déterminé à organiser les élections dans le délai. Il souligne que les erreurs et les incohérences observées sont plus liées à l’anachronisme des pressions sur les dates. Il n’y a pas selon lui une volonté manifeste de tricher.

Quant on sait que la loi sur la répartition des sièges a été voté et promulgué précipitamment alors que le fichier électoral n’a pas été révisé. On se pose des questions… Et dire qu’aujourd’hui, cette loi peut être amendée, voici encore une autre preuve de la mauvaise foi de la MP.

Faire appel aux experts de l’OIF alors que la loi a été déjà promulguée n’est ce pas mettre la charrue avant le bœuf.

La MP a le devoir moral de gagner et de perpétuer son héritage

Tel est la conclusion de la déclaration de la MP qui se fait chantre de tant des réalisations imaginaires et réelles obtenues par son guide. On est en plein crocodile du Botswanga.

Pour Alain Atundu, le peuple doit rendre justice à Kabila pour autant des prouesses comme l’unité du pays retrouvé grâce aux FARDC.

Pourtant, plus de 120 groupes armés pilulent à l’Est du pays et au centre. La famine menace plus de 500.000 enfants au Kasaï et le pouvoir d’achat de la population ne cesse de décroître.

La révolution de la modernité, slogan de campagne de Joseph Kabila en 2011, n’est même plus usité par les tenants de la MP. D’autant plus que rien ou presque n’a été fait depuis 2011.

Assurant l’opinion sur son partenaires du PALU, la MP appelle ses partis et regroupements à la mobilisation pour gagner les élections.

Mais il va couler beaucoup d’eau sous le silex quand on sait que le candidat de la MP n’est pas connu et que le tandem Felix et Moïse a refait sur place.

 

Thierry bishop Mfundu