RDC : être ou ne pas être Belge…

RDC : être ou ne pas être Belge…

Par Pierre Boisselet
 @PierreBoisselet

La Belgique est l’un des pays ayant le plus souvent accordé sa nationalité à des ressortissants congolais, notamment des hommes politiques. Ceux-ci ont donc dû y renoncer pour exercer des responsabilités en RDC. Seulement le passeport belge ne se rejette pas aussi simplement.

Ancienne puissance coloniale, la Belgique est sans doute le pays qui a le plus accordé sa nationalité aux responsables politiques congolais. Parmi eux, l’ex-Premier ministre Samy Badibanga, l’ancien vice-ministre des Finances Tharcisse Loseke, ou encore l’actuel ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga.

Mais avant d’accéder à ces prestigieuses fonctions, fin 2016, ils devaient renoncer à cette patrie d’adoption et recouvrer leur nationalité congolaise « exclusive ».

Passeport belge

Les trois hommes ont donc écrit à leur commune belge de résidence (respectivement Waterloo, Auderghem et Rixensart) pour renoncer à leur passeport belge. C’est sur la base des accusés de réception délivrés par les services communaux que le ministre congolais de la Justice a accepté de rendre aux trois hommes leur nationalité congolaise.

Sauf que ne plus être belge est plus compliqué : « Une simple lettre ne suffit pas, confirme l’état civil d’Auderghem dans un e-mail à Jeune Afrique. Il faut que la personne qui renonce à sa nationalité nous démontre qu’elle en possède une autre. » Selon la procédure correcte, l’individu doit se présenter en personne devant les services communaux pour y remplir une déclaration et apporter les justificatifs nécessaires. Autrement dit, Kinshasa a rendu leur nationalité congolaise à des personnalités qui détenaient encore un passeport belge…