Kabund à She Okitundu : “Demander le redimensionnement de la MONUSCO est un aveu d’échec du régime de Kabila”

Kabund à She Okitundu : “Demander le redimensionnement de la MONUSCO est un aveu d’échec du régime de Kabila”

Présent à la célébration de la Journée internationale des casques bleus, au quartier général de la MONUSCO à Kinshasa, Jean Marc Kabund a Kabund, secrétaire général de l’UDPS (Union pour la Démocratie et le Progrès Social), s’est montré contre la demande du gouvernement congolais réitérée ce mardi par son ministre des Affaires étrangères, She Okitundu, de redimensionner la mission de l’ONU au pays.

Dans son discours, She Okitundu a réaffirmé que la “la RDC réclame le redimensionnement de la mission de la MONUSCO suite aux multiples conflits qui avoisinent le terrorisme”.

Pour le secrétaire général de l’UDPS, la position de Kinshasa est un aveu d’échec.

Quand Monsieur She Okitundu demande le redimensionnement de la MONUSCO, c’est un aveu d’échec du régime de Kabila. On ne peut pas demander la réduction d’effectif des casques bleus et demander l’assistance de la MONUSCO dans la lutte contre les forces négatives, c’est demander une chose et son contraire. Le régime de Kabila a failli à sa mission de protéger la population”, a-t-il déclaré.

La Représentante spéciale du secrétaire général de l’ONU en RDC, Leila Zerrougui, a reconnu que la mission ne restera pas éternellement au pays mais, a-t-elle précisé, la MONUSCO attend assister à l’alternance au pouvoir après les élections prévues cette année.

C’est normal qu’on réclame notre départ. Mais nous voulons partir en laissant un pays uni. Un pays dans lequel les Congolais sont fiers de vivre. Si la MONUSCO part à ce moment, ce sera un échec, puisque nous ne laisserons pas derrière nous un pays instable. Nous espérons qu’il y aura des élections en décembre et qu’il y aura une passation pacifique du pouvoir”, a déclaré Leila Zerrougui.

Lors des tractations en mars dernier au Conseil de sécurité en vue du renouvellement du mandat de la MONUSCO, le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères, She Okitundu, avait insisté sur le retrait progressif de la mission au pays depuis 1999.

Auguy Mudiayi