RDC: La FBCP inquiète d’une énième expropriation d’un consulat du Nigéria

Nigeria - FCBP

RDC: La FBCP inquiète d’une énième expropriation d’un consulat du Nigéria

Après la récupération de la parcelle située au numéro 23 de l’avenue Lemera de la commune de la Gombe, c’est désormais celle de 38/40, en diagonale de la première qui est visée par une expropriation. Tenez ! Des personnes se déclarants agents du parquet sont passées dans cette dernière en vue d’instruire les occupants de s’apprêter à vider le lieu.    

Que reproche-t-on à la République du Nigéria ? Pourquoi cette ritournelle d’expropriation des parcelles de son ambassades à Kinshasa? Qui se cache derrière toutes ces démarches ? Autant de questions que taraudent les esprits à la suite des multiples expropriations des parcelles appartenant au consulat du Nigeria depuis le début de l’année 2018. La dernière en date est celle du numéro 38/40 de l’avenue Lemera, dans la commune de la Gombe qui se trouve dans le viseur. La fondation Bill Clinton pour la Paix (FBCP) qui livre cette information indique que des personnes se déclarant du parquet sont passées la semaine dernière, en vue de demander aux occupants de quitter le lieu.  Avisés, les habitants de cette propriété leur ont recommandé de s’adresser plutôt au Ministère des affaires étrangères, entendu que ladite parcelle appartient bel et bien à l’ambassade du Nigeria en RDC, qui l’a acquise depuis 1962.  Etait-ce cette réponse qui a fait en sorte que ces « agents » ne soient plus revenus poursuivre la démarche ? Difficile pour eux de répondre à cette question puisque ne sachant pas ce que réservent ces « gangsters ».

Cependant, la FBCP condamne cette action menée sans un dossier judiciaire ouvert à ce sujet, ni un jugement qui en découle.  Elle se plaint de la résurgence de cette situation qui vient réveiller  les esprits qui venaient de vivre en avril dernier, la récupération par la famille du consulat, de la parcelle du numéro 23 de l’avenue Lemera, vidée complètement de tous ses biens. Cette fois-là, c’est la Police Nationale Congolaise (PNC) qui avait exécuté la besogne en présence du Bourgmestre de la commune de la Gombe descendu pour la circonstance sur le lieu. Une manière brutale de procéder qui, selon la FBCP viole l’Accord de Vienne.

En outre, la communauté nigériane vivant en RDC met en garde sur toute expropriation des parcelles appartenant à son Ambassade, acquises depuis 1962. Il s’agit de celle du numéro 141 du Boulevard du 30 juin; celle de l’avenue de la justice située au numéro 47; deux autres de l’avenue Lemera aux numéros 23 et 38 ; ainsi que celle de l’avenue Pumbu au numéro 39.

Judith Asina