Présidentielle en RDC: le vote des Congolais de l’étranger toujours incertain

Présidentielle en RDC: le vote des Congolais de l’étranger toujours incertain

A Kinshasa, un agent électoral de la Céni au milieu des sacs de bulletins de vote, le 3 décembre 2011.
© AFP / GWENN DUBOURTHOUMIEU

La RDC va-t-elle renoncer à faire voter les Congolais de la diaspora pour la prochaine présidentielle prévue le 23 décembre ? L’opération de recensement de ces électeurs doit débuter le 1er juillet, selon le calendrier. Ce vote des Congolais de l’étranger est prévu par la loi électorale, mais cette loi pourrait être modifiée. Une proposition en ce sens doit être examinée sous peu à l’Assemblée nationale.

C’est en fait un report qui est proposé : renvoyer à plus tard la participation des Congolais de l’étranger, en insérant dans la loi électorale un amendement, selon lequel ce vote « ne s’applique pas pour le cycle électoral en cours ». Trois millions de Congolais seraient concernés, mais ce n’est qu’une estimation à prendre avec précaution. Il n’y a pas eu de recensement et jusqu’à présent la diaspora n’a jamais voté.

La proposition émane d’un député de la majorité présidentielle, Thomas Henri Lokondo. Il explique que ce serait « présomptueux » pour le pouvoir de s’accrocher à ce vote, à moins « de sacrifier l’essentiel ». Il avance deux principaux arguments : le défi logistique – l’opération d’enrôlement doit se dérouler sur 5 continents, à moins de faire des « discriminations » – et la pression du temps.

Mais le député d’opposition Baudoin Mayo juge tout de même « curieux » cette initiative parlementaire qui vient selon lui « épargner une difficulté à la commission électorale », à plus de trois semaines de la date prévue pour le début de l’enrôlement. D’autres dans les milieux diplomatiques voient dans ce possible « renoncement » un « signal inquiétant » qui alimente les doutes sur les capacités des autorités congolaises à « financer » les élections elles-mêmes, comme elles l’ont annoncé.