“La création du FCC n’est qu’un signe de la privatisation de l’Etat considéré comme un bien privé des dirigeants”, prof André Mbata

“La création du FCC n’est qu’un signe de la privatisation de l’Etat considéré comme un bien privé des dirigeants”, prof André Mbata

“La création du FCC n’est qu’un signe de la privatisation de l’Etat considéré comme un bien privé des dirigeants”, prof André Mbata

L’officialisation de l’accord politique entre les opposants du gouvernement et la Majorité Présidentielle jeudi 7 juin dernier, créant ainsi le Front Commun pour le Congo “FCC”, ne cesse de susciter des réactions. La dernière en date, celle du professeur André Mbata.

Pour ce constitutionnaliste, la création du FCC n’est qu’un signe de la privatisation de l’Etat considéré désormais comme un bien privé des dirigeants.

“Cette privatisation ou cette capture de l’État relève elle-même de la politique du ventre dont parlait Jean-François Bayart et de la criminalisation de l’État évoquée par Bayart et Hibou. Pour emprunter les mots chez Francis Fukujama, c’est la fin de l’Histoire de la République”, a indiqué A. Mbata, professeur des universités.

A travers le FCC, le Professeur Mbata dit voir le retour du Parti unique comme au temps du Mouvement Populaire de la Révolution (MPR).

“Sous le MPR, les thuriféraires et wumélistes présentaient le Président-Fondateur (Autorité Morale ou Initiateur) comme un Être exceptionnel et Éternel et comme dans Kabila Désir, leur désir était de le voir régner pendant 100 ans comme au Burundi où Pierre Nkurunziza a été consacré Guide Eternel”, a-t-il souligné.

Rien d’étonnant tout de même, précise le constitutionnaliste congolais.

“Rien détonnant parce que les Mobutistes et d’autres nationalistes ou souverainistes d’hier se retrouvent aujourd’hui dans le cercle rapproché du Chef de L’État pour concevoir et multiplier les stratégies de conservation du pouvoir,” a-t-il poursuivi.

André Mbata estime que la création du Front Commun pour le Congo, démontre que la RDC n’est pas dirigée par des hommes ou des femmes d’État se préoccupant du bien de toute la Nation dans sa diversité.

Jephté Kitsita