Elections en RDC: un réseau d’experts électoraux redoute un rendez-vous manqué

Elections en RDC: un réseau d’experts électoraux redoute un rendez-vous manqué

Les machines à voter suscitent bien des inquiétudes à moins de trois mois de l’élection présidentielle congolaise.
© John WESSELS / AFP

« Elections du 23 décembre 2018 : Vers un énième rendez-vous manqué pour le peuple congolais ? » C’est le titre du dernier rapport que le Réseau pour la réforme du secteur de sécurité et de justice (RRSSJ) vient de rendre public. Un réseau composé des experts congolais issus de la société civile. Ils listent une série de facteurs qui, selon eux, laissent planer le spectre d’une contestation postélectorale après le 23 décembre.

« Ces élections ne seront pas crédibles », tranchent d’emblée les auteurs de ce rapport. Ils dénoncent entre autres, l’« l’inféodation » de la Commission électorale au pouvoir, des « tripatouillages du cadre juridique » de ces élections avec, par exemple, une répartition des sièges qui s’est faite avant l’audit du fichier électoral et alors que cet audit a révélé un nombre « important d’électeurs » « mal identifiés ».

Viennent ensuite des questions de logistique : la « controverse sur la légalité » de la machine à voter, les doutes persistants sur capacité de la Commission électorale à déployer cette machine dans les temps, ou encore le recours à l’armée congolaise acheminer le matériel. Armée peut-on lire dans le rapport « dont la neutralité politique est généralement remise en cause », ce qui n’est pas de nature « atténuer les suspicions d’une fraude électorale planifiée ».

Mais ce n’est pas tout : les auteurs du rapport s’inquiètent aussi de retard dans le financement de ces élections « toujours pas garanti à ce stade ». Sans oublier, la dégradation du contexte sécuritaire, en particulier à Beni dans l’est du pays où sévit également une épidémie d’Ebola, ce qui risque « d’empêcher » de nombreux électeurs d’exercer leur droit de vote. Ils déplorent aussi les « violations » répétées du droit de manifester à l’approche du scrutin, et enfin le manque de neutralité des organes judiciaires qui seront chargés d’examiner les contentieux et autres recours liés aux élections.

Des recommandations

Devant cette situation, où l’Etat congolais semble se dresser contre le peuple au profit des intérêts partisans, « la communauté internationale ne doit pas rester sans agir », concluent les auteurs pour qui « il est de la responsabilité de l’ONU, des organisations africaines et des partenaires de la RDC de faire en sorte que le pays retrouve le chemin de la stabilité politique ».

Après le constat, viennent les recommandations. Il est demandé à la communauté internationale « de se tenir prête à intervenir pour protéger la population congolaise en cas des violences liées au processus électoral ».

D’autres recommandations sont adressées aux acteurs politiques… Au gouvernement, il est demandé « d’accepter la contribution financière de ses partenaires » pour ces élections et de respecter le plan de décaissement des fonds destinés à la préparation du scrutin.

Ils demandent enfin à l’opposition de « s’activer » dans la « formation de leurs membres et sympathisants » qui doivent « jouer le rôle de témoins dans les bureaux de vote » le jour du scrutin .

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.