Tshisekedi pourrait nommer le formateur du gouvernement la semaine prochaine

RDC : Tshisekedi pourrait nommer le formateur du gouvernement la semaine prochaine

Published 2 jours ago

on 15 février 2019

ByLa Rédaction

[CONFIDENTIEL] – Les tractations sont en cours de finalisation en vue de la nomination du « formateur » du gouvernement issu de la majorité parlementaire. Dans les états-majors politiques, d’aucuns estiment que le président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pourrait dévoiler, par son ordonnance, l’identité du premier ministre la semaine prochaine.

Les préalables de cette nomination du formateur du futur gouvernement sont balisés. D’après une source crédible ayant requis l’anonymat, le Front commun pour le Congo (FCC) s’est organisé pour identifier les députés de sa plateforme électorale au sein de l’Assemblée nationale.

La même source soutient que « les chefs des partis politiques et/ou regroupements de la famille politique de Joseph Kabila ont signé un acte d’engagement pour soutenir le nouveau président de la République, Félix Tshisekedi avec à la clé près de 355 députés nationaux.»

Avec environ cinquante élus de la Coalition Cap vers le changement (CACH), la majorité parlementaire penche largement pour une « coalition gouvernementale. »

« Cet acte d’identification et de consolidation de la majorité parlementaire vient de simplifier la tâche au président de la République. Dès lors, il n’aura plus besoin d’information plutôt que de passer directement à la formation de son gouvernement », a commenté un acteur politique proche du FCC.

S’il arrivait que le chef de l’Etat nomme ce formateur la semaine prochaine, ce dernier n’aura plus de temps à perdre pour entreprendre des consultations en vue de nommer les membres de son gouvernement.

A cette allure, il sera possible que le futur gouvernement soit investi dès la première semaine de la prochaine session parlementaire de mars 2019. Parmi les noms les plus cités dans les états-majors politique du FCC, figurent ceux de Albert Yuma Mulimbi (actuel président de la FEC et président du Conseil d’administration de la Gécamines), Jean Mbuyu (le dernier conseiller spécial en matière de sécurité de Joseph Kabila) et Henri Yav Mulang (l’actuel ministre des Finances du gouvernement Tshibala).

Au demeurant, Félix Antoine Tshisekedi et son partenaire électoral Vital Kamerhe, les deux leaders politiques de la Coalition CACH ont intérêt à bien ficeler l’accord politique qui les lierait avec le FCC ayant pour autorité morale, Joseph kabila. Cela aura l’avantage d’éviter une cohabitation gouvernementale qui générait la mise en oeuvre du programme de changement que porte le président de la République élu, lequel programme a été approuvé par le peuple congolais.

Emilie MBOYO | Zoom Eco

Publicités